Le périmètre du PTZ+ connaît pour 2018 une modification en profondeur par la loi de finances. Prorogé pour une durée de 4 ans, jusqu’au 31 décembre 2021, ses conditions d’attribution ont toutefois été limitées.

Pour rappel, le PTZ est une avance accordée par l’Etat, remboursable sans intérêt qui permet aux particuliers d’acheter leur résidence principale.

Pour être éligible le bien doit être reconnue comme la résidence principale des acquéreurs et ceux-ci ne doivent pas avoir été propriétaires dans les 2 ans qui précèdent l’achat. De plus, le PTZ ne peut financer l’intégralité du prix d’achat du logement visé, il doit obligatoirement se compléter d’un autre dispositif de financement comme un prêt bancaire ou autres types de prêts (PEL…).

La plupart des banques, ayant signées une convention avec l’Etat, distribuent le PTZ. Vous pouvez directement vous renseigner auprès de votre banque pour déterminer sa faisabilité.

Ce bien peut-être soit un logement neuf soit ancien avec des travaux. Il peut aussi être destiné à la construction ou à l’acquisition de locaux afin de les rendre habitables. Pour ces logements dits anciens, il faut que les travaux représentent au moins 25% du coût total de l’opération.

Son calcul dépend également de ces quatre critères principaux :

PTZ 1

Il est important de noter que le montant du PTZ ne peut pas excéder 40% du prix du logement neuf pour les zones A, A bis et B1 et 20% pour les zones B2 et C.

Retrouvez toutes les informations sur le PTZ (avec simulateurs) en cliquant sur les liens suivants :

Que ce soit pour un logement neuf ou ancien, le calcul du PTZ dépend de la composition du ménage et donc plus précisément du nombre de personnes destinées à occuper le logement.

Voici de façon synthétique les principaux changements du PTZ à partir de 2018 :

PTZ 2

La priorité du gouvernement étant de répondre au besoin en logement de ses citoyens, les propriétaires de terrains constructibles se voient accorder des mesures fiscales avantageuses.

En effet, sur les 3 prochaines années, des abattements fiscaux sont prévus pour les propriétaires qui seraient amener à vendre leurs terrains constructibles. Ces abattements dépendent du type de construction qui y sera édifiée.

Ce dispositif permettra de pallier au manque de terrains constructibles dans les zones tendues et ainsi de relancer la construction immobilière.

Remboursement de votre PTZ :

Le remboursement de votre PTZ ne peut pas excéder 25 ans, il s’étale sur deux périodes, la première sous la forme d’un différé (5,10 et 15 ans), l’emprunteur ne rembourse pas son PTZ et la deuxième qui suit pendant laquelle il rembourse son prêt. Sa durée dépend des revenus de l’emprunteur plus ils sont importants moins le prêt sera long, de la composition de son foyer et de sa zone géographique.

PTZ 3

2016, l’année record du PTZ

Étendre le public éligible au PTZ+ en 2016 a permis à 33% des primo-accédants d’en bénéficier contre 23% en 2015. Ainsi, le nombre de prêts conjointement avec le PTZ a augmenté de 75% par rapport à l’année 2015 ce qui a permis de favoriser grandement l’accession à la propriété. Dans cette même lancée, le montant moyen des PTZ a augmenté de 15 000€.

Source : Vousfinancer

 

Conclusion :

Le PTZ à partir de 2018 a donc été recentré en zone tendue avec l’objectif de construire plus vite. Ceci étant possible grâce à la vente de terrains constructibles au profit des constructions immobilières neuves et au montant du PTZ restant avantageux (zones A, Abis et B1 : 40% maximum du prix du logement neuf).

A contrario, les zones moins tendues sont favorisées par l’acquisition de logements anciens dont le montant du PTZ reste inchangé mais plus favorable (zones B2 et C : 40% maximum du prix du logement ancien). L’achat de logement neuf est également possible mais le montant du PTZ est moindre (zones B2 et C : 20% maximum du prix du logement neuf).

Pour résumer, voici les montants maximums du PTZ accordés selon le type de logement choisi. Attention ce pourcentage s’applique au prix d’achat du logement visé et est plafonné.

PTZ 4

Pour connaître précisément le montant potentiel de votre PTZ, effectuez une simulation avec le simulateur élaboré par le Ministère de la Cohésion des territoires.

À noter : il existe aussi l’éco-PTZ qui permet à des propriétaires de rénover leur résidence principale afin de la rendre moins énergivore. Ne pouvant bénéficier du PTZ, ils peuvent toutefois réaliser avec l’éco-PTZ des travaux de rénovation comme de l’isolation thermique, l’installation de fenêtres, de chauffages…